2 Septembre – Rome / Pozzuoli

Me voilà arrivé à destination. Pozzuoli ne fait pas partie des villes les plus connues d’Italie, mais elle réserve cependant des surprises, telle la possibilité de plonger, peu profond, sur des vestiges romains.
Car pour celles ou ceux qui ne le savent pas encore, je suis plongeur avant d’être motard. A partir de demain, j’espère car le centre est fermé aujourd’hui, les palmes vont frétiller 🙂 .

Je voulais aussi ajouter quelque chose à propose de Rome : je me plains, à juste titre, de l’état des rues de Paris, mais comparé à Rome, c’est de la roupie de sansonnet ! Les rues du centre sont pavées et la densité de la circulation a provoqué des affaissements. On a donc soit deux rigoles correspondant à l’écart moyen d’un essieu de voiture, soit des creux, et donc des bosses, et bien sûr, les deux à la fois. Même les scooters roulent lentement pour prendre certains virages !

Le Trajet

Trajet de liaison, sans grand intérêt, à part :
– la petite bande côtière avant Gaëta,
– la vieille Benelli vue sur le parking de la pizzeria où j’espérais manger
– la saucée que je me suis prise, et dont j’ai pu limiter les dégâts en m’équipant rapidement sur un parking le long de la 4 voies.
Ceci explique donc la quasi absence de photo. Réjouissez-vous, la page a dû se charger inhabituellement vite 😉 .

Le Gîte et le couvert

Pour le moment, je loge à l’hôtel « Tripergola », mais je devrai sûrement changer de chambre d’ici la fin du séjour. Ce n’est pas très grave.
Quant au déjeuner, après mon échec, je me suis arrêté au bord de la route à une autre pizzeria, qui de fait, servait des plats sur le pouce. La part de pizza était à 1 euro, mais j’ai pris le plat de luxe : un risotto et une bouteille d’eau. La boutique s’est très rapidement trouvée pleine d’habitués qui discutaient entre eux et la patronne, qui m’a salué de ce que j’ai compris être « A la prochaine, si Dieux le veux ».
Coût du repas : 4euros30.
J’ai donc poursuivi l’expérience en allant au café juste à côté pour prendre un kawa. Je demande un expresso. La jeune serveuse s’agite autour de sa machine, puis fait la tête de quelqu’un qui a gaffé. Avant que je n’ai réellement eu le temps d’intervenir, elle met la tasse dans l’évier et me prépare un ristreto. 90 cents, une leçon d’anglais, quelques mots de français, je suis reparti ragaillardi et de bonne humeur.

Vue depuis ma chambre

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :